ITTO small EU emblem small

Le SIM a publié un rapport sur «Les partenaires de l'APV FLEGT dans le commerce du bois de l'UE en 2017», qui utilise les dernières données pour évaluer l'évolution de la position des pays partenaires d’un APV sur le marché dans le commerce international du bois.Etant donné que l’Indonésie a commencé à délivrer des licences en novembre 2016, c’est lepremier rapport SIM à couvrir une période durant laquelle du bois sous licence FLEGT a été disponible sur le marché de l'UE. C’est également le premier rapport annuel SIM pour lequel le SIM a pu accéder à des données d'enquêtes exhaustives provenant du réseau complet de correspondants dans les sept pays de l'UE représentant l’essentiel des ventes (soit plus de 90%) des importations de l’UE en bois tropicaux et produits dérivés en provenance des pays partenaires d’un APV.

Le rapport complet peut être téléchargé ici (pdf 5.2MB; en anglais seulement)

Ce rapport montre que la valeur du commerce mondial de produits en bois tropicala augmenté de 5%, pour atteindre 34,4 milliards de dollars US en 2017,inversant ainsi la tendance à la baisse constatée entre 2014 et 2016.Les importations de produits en bois tropical ont regagné du terrain en Chine, ont continué à progresser en Amérique du Nord, sont restés stablesen Asie du Nord-Est, et ont légèrement diminué dans l’UE et en Inde. La part combinée des 15 pays partenaires d’un APV dans le commerce mondial des produits en bois tropicaux était de 79,1% en 2017, en légère baisse par rapport aux 79,4% de l'année précédente.

Selon le rapport SIM, les perspectives du marché de l’UE étaientglobalement positives en 2017, avec une tendance à la hausse du PIB de la plupart des pays, et des secteurs de la construction et de la fabrication de produits en bois au cours de l’année. Cependant, le rythme decroissance du marché a été lent en regard des signes indiquant que le bois perdait des parts de marché au profit d’alternatives non ligneuses dans plusieurs secteurs d’utilisation finale.

Les importations de produits bois de l'UE en provenance d'Indonésie se sont mieux comportées que celles d'autres pays tropicaux en 2017, leur valeur globale ayant légèrement augmenté et représentant une part plus importante des importations tropicales totales. Cependant, les principauxbénéficiaires de la lente augmentation de la demande totale de l’UEen 2017 ont été davantage les fournisseurs nationaux et européensque les fournisseurs tropicaux, dont la part globalede marché a continué à baisser.

La diminution de la part des producteurs tropicaux dans le marché de l’UE au cours de l’année 2017 s’explique en partie par l’offre, les producteurs s’étant davantageconcentrés sur l’approvisionnement de la Chine et des autres marchés émergents, ainsi que de l’Amérique du Nord. Les problèmes d’approvisionnement ont été aggravés dans l’UE, les acheteurs continuant de dépendre fortement d’un nombre limité d’essences de bois et d’un nombre réduit d’entreprises exportatrices sous les tropiques, pour mieux gérerle risque à la fois réglementaire et réputationnel, en particulierlié au RBUE.

Les enquêtes d’opinion du SIM menées auprès des négociants en 2017 ont également permis d’analyser la compétitivité relative des industries du bois dans les pays partenaires d’un APV en 2017. Elles ont révélé la compétitivité de l'Indonésie par rapport à la plupart des autres pays tropicaux fournisseurs du marché de l'UE. Les études ont montré que les exportateurs indonésiens accordaient une grande importance aux autorisations FLEGT, la plupart estimant que le processus avait facilité l’exportation vers l’UE et permis de stimuler les ventes.

Les importateurs de l’UE ont convenu que la délivrance d’autorisations FLEGTsimplifiait lesprocédures d’importation et les aidait à se conformer au RBUE, à un moment où apparaissaient dessignes clairs d’une application de plus en plus rigoureuse du RBUEdans l’UE.Environ 40% des répondants de l’UE ont déclaré qu’ils seraient prêts à payer des prix premium pour du bois sous licence FLEGT, mais en général pas au-delà de 5% maximum. Le sentiment qu’ont certains importateurs que les licences FLEGT ne sont guère plusqu’une assurance de légalité, attendue de toute façon par le marché, est un facteur qui limite la volontéde payer un premium.

L’analyse détaillée des statistiques commerciales dans le rapportmontre que la performance des produits bois indonésien sur le marché de l’UE, immédiatement aprèsles autorisations FLEGT, a été variable. Il n’y a pas eu d’augmentation des importations dans les secteurs à haute valeur ajoutée comme le meuble et lamenuiserie. Ce qui s’explique en partie par les fluctuations destaux de change - l’euro est tombé à son plus bas niveau en 14 ans par rapport au dollar américain le mois même où les premières licences ont été attribuées.


Le rapport souligne également que l’espoir d’une augmentation rapide des ventes immédiatement après la délivrance des licences peut avoir été exagéré dans des secteurs tels que le meuble et la menuiserie. Dans ces secteurs, les spécificités environnementales des produits bois indonésiens ont constitué des obstacles à la compétitivité moindres par rapport à d’autres problématiques telles que les coûts relatifs de la main-d’œuvre, la logistique, l’efficacité de la transformation, l’innovation et le marketing.


En revanche, les importations de l’UE en produits indonésiens de moindre valeur, tels que les terrasses etle contreplaqué, des produits indonésiens bien connusdes importateurs de l’UE et déjà privilégiés en raison de leur solideperformance technique - ont connu une reprise assez significative en 2017.

Le rapport formule les recommandations suivantes, visant à tirer parti des opportunités de marché offertes parles licences FLEGT :

  • Une communication ciblée doit être une des priorités :
  • La mise en œuvre d'un APV s'étendant sur une période assez longue, il devrait y avoir davantage d'informations sur les différentes étapes et les processus de transformation dans les pays et les secteurs du bois locaux. Ces informations devraient être présentées de manière accessible, idéalement sous la forme d'outils à utiliser par les opérateurs dans le dialogue entre entreprises (B to B) et, dans le cas des pays de mise en œuvre, en tant qu'outils d'évaluation et d'atténuation des risques dans la diligence raisonnée RBUE.
  • Les outils de communication doivent séduire et toucher un public cible large dans l'UE, comprenant par exemple les détaillants, les architectes et les prescripteurs, et pas seulement les opérateurs.
  • Dans un contexte de promotion des bois tropicaux européens ainsi que de politiques d'achat des entreprises axées sur la «durabilité», il faut sensibiliser lecommerce et l'industrie européens au sens largeen leur expliquant dans quelle mesure les APV FLEGT contribuent àla durabilité environnementale, sociale et économique. L'accent mis sur la «légalité», sans aide pour comprendre ce que cela signifie dans le contexte des APV FLEGT, a été identifié comme une faiblesse majeure. Une analyse des écarts entre le SVLK / PHPL indonésien et le FSC et / ou le PEFC pourrait être utile. Cette réflexion doit être replacée dans le cadre plus large d'un débat sur les moyens les plus adaptés pour parvenir à une gestion durable des ressources forestières dans les pays tropicaux.
  • Les procédures administratives d'importation de bois sous licence FLEGT ont généralement été jugées simples dans les cas classiques. Cependant, l'inadéquation des licences FLEGT a été maintes fois mentionnée comme un facteur de lourdeur administrative. La CE et l'Indonésie doivent continuer à s’efforcer de résoudre en priorité le problème des différences d'application du code SH. En outre, la prise de conscience en Indonésie vis-à-vis des problèmes causés par l’inadéquation volume / poids / nombre d’unités doit se poursuivre.
  • La principale critique des opérateurs de l'Union européenne sur les procédures standards d'importation de bois sous licence portait sur le fait que le processus n'était pas entièrement électronique. Le gouvernement indonésien étudie déjà la faisabilité de l'octroi de licences en ligne, ce qui devrait contribuer à maximiser les bénéfices de la voie verte du bois sous licence FLEGT.
  • Les autorités indonésiennes semblent n’avoir connaissance que d'une partie des disparités de licences enregistrées par les États membres de l'UE. Selon les données présentées lors du JIC de mars 2018, LIU travaillait à partir de l'hypothèse que les inadéquations étaient présentes dans moins de 1% des cas en 2017, alors que les données recueillies par le PNUE / WCMC suggèrent une proportion de l'ordre de 5%. Il faut que les autorités compétentes signalent toutes les erreurs de licence aux autorités indonésiennes pour les aider à sensibiliser le secteur privé indonésien à l'ampleur du problème.
  • Certains États membres de l'UE imposent des frais pour le traitement des autorisations FLEGT. Bien qu'ils ne soient pas considérés actuellement comme une barrière de marché significative, ils sont vus comme un message négatif envoyé au marché. L’abandon de ces frais contribuerait à maximiser les avantages des licences FLEGT.
  • La disponibilité de bois sous licence FLEGT uniquement dans un pays a été identifiée comme un facteur limitant de manière significative son emprise sur le marché. L’expansion géographique du bois sous licence le rendrait plus pertinent et contribuerait à l'établir sur le marché. La finalisation de la mise en place de l’APV, en particulier dans les principaux pays fournisseurs tels que le Cameroun ou le Viet Nam, par exemple, doit être une priorité.
  • Les efforts déployés par l'UE pour garantir une mise en œuvre cohérente et efficace du RBUE confèrent au bois sous licence FLEGT l'avantage sur le marché le plus immédiat, et probablement le plus efficace ; ces efforts doivent demeurer prioritaires. Dans un certain nombre de pays, le secteur privé tirerait profit d’un meilleur accompagnement pour se conformer à la diligence raisonnée du RBUE.
  • Les enquêtes SIM ont identifié une corrélation entre, d’une part, la qualité des relations entre les autorités compétentes et le secteur privé, et, d’autre part, la notoriété FLEGT et la facilité de traitement des procédures d'importation de bois sous licence. Il faut que les autorités compétentes fassent appel au secteur privé autant que possible.
  • Le développement du marché du bois sous licence bénéficierait d'une acceptation plus large du bois sous licence FLEGT comme preuve à la fois de la « légalité» et de la «durabilité» dans les politiques de passation des marchés publics des États membres de l'UE, reconnaissant les réformes de gouvernance élargie requise pour octroyer des licences. Les politiques du secteur public sont importantes non seulement pour leur influence directe sur les marchés publics, mais également pour le signal qu'elles envoient au marché au sens large.
  • La licence FLEGT est une reconnaissance crédible et un fondement essentiel du développement du marché dans l’UE, mais il est peu probable qu’elle permette d’accroître de manière significative ou durable la part de marché de manière isolée. Les produits bois importés, pas seulement des tropiques, luttent pour concurrencer les fournisseurs nationaux et les substituts non ligneux dans l’UE. Il faut que tous les acteurs évitent de susciter des espoirs de gains immédiats sur le marché pour ce qui se définit davantage comme un processus de transformation du marché sur le long terme. Les partenaires FLEGT doivent aussi tenir compte de l’adéquation des licences FLEGT à leur industrie plus large du bois et à leur stratégie de développement à l’export.
  • L'industrie du bois indonésienne tirerait profit d'un programme de promotion ciblé pour ses produits bois sous licence et son APV dans l'UE.
  • Le secteur privé, tant dans les pays partenaires d’un APV que dans l'UE, doit participer activement au développement positif du marché du bois sous licence FLEGT. Les fédérations du commerce du bois, par exemple, peuvent jouer un rôle de premier plan et ont d’ailleurs déjà commencé à le faire dans certains pays.

Print Email